HYPOGLYCEMIE

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

HYPOGLYCEMIE

مُساهمة من طرف NAIMA ADRAR في الجمعة 4 مايو 2012 - 4:06

Définition pratique de l'hypoglycémie :

En pratique, on parle d'hypoglycémie lorsqu'un individu a conjointement des symptômes et une glycémie basse. La limite qu'on retient pour définir l'hypoglycémie est habituellement de 0,45 gramme/ litre, sauf chez le diabétique où l'on retient comme limite une glycémie à 0,60 gramme/litre
Les symptômes de l'hypoglycémie sont peu spécifiques. Multiples ils se divisent en symptômes témoignant du mauvais fonctionnement du cerveau (la neuroglucopénie) et ceux de la réaction de l'organisme à l'hypoglycémie, essentiellement la sécrétion de catécholamines (adrénaline et noradrénaline), c'est la réaction neurovégétative.

Les signes de neuroglucopénie sont toujours brutaux, ils témoignent du dysfonctionnement de l'ensemble ou d'une partie du cerveau:

trouble brutal du comportement (colère brutale, comportement brutalement inadapté, etc.),
perte brutale de la capacité à exécuter une tâche, un raisonnement,
trouble brutal de la vue de la parole, de la marche,
crise d'épilepsie,
au maximum perte de connaissance,
coma.
Causes

Les hypoglycémies ont plusieurs ordres de cause:

soit un excès d'insuline,
soit un défaut de production de glucose

L'excès d'insuline peut être endogène, le plus souvent tumoral, par une tumeur du pancréas, l'insulinome, une tumeur rare, moins d'un cas pour un million d'individus par an.

Encore plus rarement, et presque exclusivement chez le nourrisson par une anomalie généralisée de la sécrétion d'insuline par le pancréas (nésidioblastose).

Beaucoup plus fréquemment, les hypoglycémies dues à un excès d'insuline ont une cause exogène: injection d'insuline ou prise de médicament stimulant la sécrétion d'insuline. L'hypoglycémie n'est pas rare chez le diabétique traité par insuline, soit que la dose d'insuline injectée ait été excessive, soit que le repas ait tardé ou été insuffisant, soit qu'un exercice physique n'ait pas été accompagné d'une baisse de la dose d'insuline ou d'une collation apportant des glucides. Certains médicaments sont responsables d'hypoglycémies, le plus souvent en activant la sécrétion d'insuline, c'est le cas en particulier des sulfamides hypoglycémiants utilisés dans le traitement du diabète, mais aussi des dérivés de la quinine.

La production insuffisante de glucose et de corps cétoniques peut être la conséquence d'un blocage de la synthèse de glucose ou d'une maladie des organes producteurs de glucose (foie et reins) ou de la production des hormones qui l'activent (catécholamines, cortisol, hormone de croissance et glucagon), ou d'un défaut des substrats de la production de glucose, comme par exemple dans la malnutrition extrême (famine, anorexie mentale, maladies du tube digestif).

La chirurgie de l'estomac peut être suivie d'épisodes d'hypoglycémies après les repas, liés à une vidange anarchique de l'estomac qui altère la sécrétion d'insuline. En Afrique et en Asie, les crise graves de paludisme peuvent s'accompagner d'hypoglycémie, de même que les infections bactériennes sévères. D'exceptionnelles tumeurs sécrétant un facteur de croissance, l'IGF-2 causent des hypoglycémies dont le traitement est particulièrement difficile.
Symptômes

Un sujet atteint d'hypoglycémie peut ressentir tout ou en partie les symptômes suivants :

sensation de faim
tremblements
sueurs
fourmillements dans les extrémités (paresthésie), engourdissement des membres
troubles de la vision
vertiges
fatigue (asthénie)
nausées, vomissements
palpitations cardiaques
pâleur, cyanose
maux de tête (céphalées)
troubles comportementaux : confusion, parole difficile, excitation, énervement...
troubles de la vigilance : somnolence, convulsions, voire coma
tête qui tourne
très chaud
Diagnostic

Dans le cadre des premiers secours, il n'est pas possible de distinguer le malaise hypoglycémique d'un autre malaise : tout malaise ou coma doit faire évoquer l'hypoglycémie.

Dans le cadre médical, la mesure de la glycémie fait partie du bilan de base de tout malaise mais n'a de sens que si elle est obtenue au moment même du malaise.

Il faut traiter une hypoglycémie le plus rapidement possible : la baisse d'attention qui l'accompagne pourrait en effet être mortelle lors de la conduite d'un véhicule ou de la pratique d'un sport (alpinisme en particulier...); pour cette raison les personnes hypoglycémique doivent toujours avoir avec eux une dose leur assurant rapidement 15 grammes de glucides : trois biscuits, ou trois morceaux de sucre, etc.

Lorsque l'hypoglycémie arrive chez soi, même si elle débouche sur une perte de connaissance, ses conséquences sont moins graves en général, car l'organisme du diabétique refabrique spontanément du glucose au bout de quelques heures et le patient recouvre spontanément ses esprits. Elle ne doit pas moins en être évitée dans la mesure du possible
Traitement

Le resucrage par voie orale (chez un sujet conscient : jus de fruit ou sucre) ou intraveineux (en cas de coma : soluté glucosé à 30 %) est le traitement indispensable et suffisant de l'hypoglycémie. Une alternative pratique chez le diabétique traité par insuline est l'injection (sous-cutanée ou intramusculaire) de glucagon.

Dans un second temps, on devra rechercher la cause de l'hypoglycémie (bilan des prises médicamenteuses, alcoolémie, etc.)

NAIMA ADRAR
عضو فضي
عضو فضي

الجنس : انثى
عدد المساهمات : 241
الأختصاص : INFIRMIERE
تاريخ التسجيل : 27/09/2011
الأقامة : ADRAR

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة


 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى