bactiriologie

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

bactiriologie

مُساهمة من طرف anaiis في الأحد 1 مايو 2011 - 6:18

- Examen cytobactériologique des Urines -
« (ECBU) »

Les infections urinaires sont très fréquentes. Souvent considérées comme banales et bénignes, elles peuvent aussi avoir des conséquences pathologiques sévères et entraîner des complications graves, notamment des atteintes de la fonction rénale.


I- But :

L'ECBU permet de poser un diagnostic bactériologique d’une infection urinaire.

II- Intérêt :

Il permet l’identification de(s) germe(s) en cause et de la mise en évidence de :
• Une réaction inflammatoire (polynucléaires neutrophiles)
• Des bactéries dans l’urine vésicale, physiologiquement stérile.


Si l'ECBU n'a pas une grande importance pour une simple cystite (pas de fièvre), il est essentiel pour les infections autres (pyélonéphrite avec fièvre, douleurs lombaires).

Cette analyse comporte un examen direct de l'urine au microscope et une mise en culture afin de rechercher et d'identifier la présence de germes.

III- Physiopathologie :

Le mécanisme physiopathologique le plus fréquent pour les Infections urinaires communautaires résulte d’une colonisation ascendante des voies urinaires par des bactéries possédant des facteurs de virulence spécifiques :

• Adhésines (Pili (fimbriae) chez E. Coli, hémagglutinine chez S. saprophyticus) permettant la fixation aux cellules uro-épithéliales
• Sidérophores permettant la captation du Fer par la bactérie
• Uréase favorisant la survenue de lithiase (Proteus, S. saprophyticus.).
Chez la femme, la longueur réduite de l’urètre favorise l’infection
Chez la femme enceinte, la diminution des défenses immunitaires, la compression de l’urètre par l’utérus et l’imprégnation progestative, sont des facteurs favorisants.



IV- Matériels :

-Bec benzène.
-Les pipettes pasteurs.
-Cellules malassez.
-Les lames porte objet.
-Lamelles.
-microscope.
- Colorants Pour (gram, bleu de méthylène).
-Les milieux de cultures (GN, BCP, Chapman, MH).
-Milieux d’identification biochimique.
- Bandelettes réactifs pour le PH urinaire.

V- Le prélèvement :

L'urine contenue dans la vessie est normalement stérile mais elle peut être contaminée lors de la miction par la flore normale qui colonise habituellement l'urètre.

Pour limiter cette contamination on doit recueillir l'urine du milieu de la miction et éliminer celle du début qui aura entraîné la majeure partie des bactéries de l'urètre.

L'urine peut être recueillie à n'importe quel moment de la journée, mais au mieux le matin après que le patient soit resté au moins 3 heures sans uriner.

La toilette locale est très importante : gland prépuce relevé chez l'homme, pourtour urinaire, grandes et petites lèvres chez la femme, avec un savon antiseptique doux, puis rinçage à l'eau. Le premier jet (environ 20 ml) est éliminé et le deuxième jet est ensuite recueilli dans un récipient stérile. Il est important de bien expliquer au patient comment exécuter le prélèvement.

- Certaines situations imposent un prélèvement différent ce qui modifie les critères d’interprétation :

- Chez l'homme en cas de suspicion de prostatite on recueillera le premier jet, pour augmenter les chances d'isolement de la bactérie responsable qui est souvent en faible quantité.

- Chez la femme en cas de pertes ou de règles, on devra mettre en place une protection vaginale.

- Chez le nourrisson, on peut utiliser une poche plastique stérile, que l'on applique sur la peau, mais qui ne doit pas rester en place plus de soixante minutes.

- Recueil par sondage urinaire (Réanimation, incontinence,…). La leucocyturie est difficilement interprétable. Une colonisation de la sonde est possible sans infection.

- Chez le patient porteur d'une sonde, on ne doit pas prélever dans la poche où la population bactérienne est importante, mais par ponction directe dans la sonde après désinfection ou dans la chambre à prélèvement lorsqu'il y en a une.


- Conservation du prélèvement :

Le flacon doit être bouché hermétiquement, étiqueté précisément avec la date et l'heure du prélèvement et acheminé le plus rapidement possible au laboratoire.
L'urine ne doit pas séjourner plus d'une heure à température ambiante pour éviter toute multiplication bactérienne. Elle peut être conservée à 4°C pendant 24 heures en cas de nécessité.

VI- Examen cytobactériologique :

1. Examen macroscopique :

Homogénéiser l'urine par retournement du flacon et noter l'aspect limpide ou trouble et la présence d'une éventuelle hématurie.

2. Examen microscopique :

Il comprend un examen cytologique et un examen bactériologique.

a. Examen cytologique :

L'examen en cellule de Malassez permet de dénombrer les éléments figurés contenus dans un volume donné de l'urine à étudier. Leur concentration est exprimée par millilitre (ml).
Cette technique est préférable à l'examen de l'urine entre lame et lamelle qui conduit à un résultat rendu en croix ou par champ microscopique, moins reproductible et plus difficile à interpréter, car soumis à l'appréciation de la personne qui réalise l'examen.
Une urine non infectée contient moins de 10 000 leucocytes et moins de 5 000 hématies par ml.
Une infection urinaire se traduit le plus souvent par la présence de :
• 50 000 leucocytes/ml, parfois en amas.
• 1 0 000 hématies/ml.
• des cellules du revêtement urothélial.
• la présence de cylindres leucocytaires est importante à prendre en compte.
• la notion d'altération des leucocytes n'apporte pas d'informations complémentaires.
La présence de nombreuses cellules d'origine vaginale doit évoquer une contamination et entraîner éventuellement le rejet de l'examen.

b. Examen bactériologique :

- L'examen du frottis du culot de centrifugation coloré au Gram permet d'observer les microorganismes présents, et d'orienter éventuellement le choix des milieux de culture dans certains cas particuliers.
- Cet examen permet au biologiste de donner très rapidement une orientation sur la bactérie responsable, utile pour le choix du traitement de première intention.





3. Culture :

L’ensemencement doit répondre au double but de dénombrer les bactéries et d’isoler la ou les bactéries en cause en obtenant des colonies bien distinctes les unes des autres.

- a - Modes d’ensemencement :

• L’urine est diluée au 1/100 : en eau distillée stérile, on étale 0.1 ml de cette dilution, une colonie correspond à 1000 bactéries par ml.
• Méthode de l’anse calibrée : une anse de 10ul est diluée dans 01 ml d’eau stérile, on étale une anse de cette dilution (soit 0.0001 ml d’urines) sur gélose, une colonie correspond à 104 bactérie par ml.
• Méthode de la lame immergée : on plonge dans l’urine fraîchement émise une lame portant des milieux nutritifs généralement Mac Conkey et CLED, la méthode nécessite un isolement effectué en parallèle lorsque la bactériurie est supérieure à 106 bactéries par ml.

Le milieu gélosé de CLED (cystéine, lactose, électrolyte déficient) convient à la culture des principales bactéries responsables d'infection urinaire. Dans des cas particuliers à la suite d’une culture négative malgré la présence de bactéries à l'examen direct, on ensemencera une gélose au sang ou une gélose chocolat sous 10 % de CO2 pour la culture des bactéries exigeantes.

• Méthode de la lame immergée dans l’urine préalablement diluée au 1/1000 : elle permet l’ensemencement des urines dés émission. L’urine fraîchement émise est versée dans un pot à spatule (pot à selles), la spatule (qui retient 40 ul d’urines environ) est agitée dans un flacon diluant contenant 40 ml d’eau stérile, la lame est immergée dans cette dilution, une colonie correspond à 4.104 bactéries/ml.

- b - Lecture :

Après 18 h d'incubation à l'étuve à 37° C, chaque bactérie ou amas de bactéries présent dans l'urine donne naissance à une colonie visible à l'oeil nu (unité formant colonie UFC). Le nombre de bactéries par millilitre est apprécié en comptant le nombre d'UFC sur la gélose, et en rapportant au volume d'urine ensemencé.

Depuis les travaux de KASS (en pratique) l'interprétation des cultures s'effectuait de la manière suivante :
- Bactériurie < 103 CFU / ml : absence d'infection
- Bactériurie > 105 CFU / ml : infection probable
- Entre 103 et 104 CFU / ml : zone d'incertitude


- c - Interprétation des résultats :











- d - Principales bactéries responsables d’infections urinaires :



- e - Identification et antibiogramme :

C’est la pratique courante en bactériologie visant à identifier la ou les bactéries en causes, un antibiogramme peut alors être réalisé, pour guider le médecin dans sa prescription d'antibiotique.

- f -Place des bandelettes urinaires :

Elles détectent la présence de :

• Leucocyte estérase produite par les polynucléaires :

- Négatifs : infection débutante, neutropéniques.
- Faux négatifs : Urine diluée (diurèse importante, femme enceinte), Vitamine C.
- Faux positifs : urétrites, inflammation non infectieuse (dont la présence d’une sonde urinaire).

• Nitrites produits par les bactéries :

- Négatifs : microorganismes en faible nombre ou non producteurs (Enterococcus, S. saprophyticus, Pseudomonas, Acinetobacter, Candida).
- Faux négatifs : Régime végétarien, Vitamine C, pH urinaire < 6.
- Faux positifs : mauvaise conservation de l’échantillon.

Si un des deux tests est positif, il faut faire un ECBU.
Exception : chez les patients à risque de complication (femmes enceintes, diabétiques, neutropéniques), en cas de sondage urinaire ou suspicion forte d'infection, l'ECBU est réalisé d'emblée, sans bandelette préalable.

Le tableau suivant précise les valeurs de ces critères purement microbiologiques en fonction des circonstances anatomo -cliniques comme le propose STAMM :


VII- Conclusion :

L'ECBU est un examen bien codifié dont les deux temps critiques sont :
- Le prélèvement trop souvent "victime" de son apparente simplicité.
- L'interprétation microbiologique qui doit s'appuyer sur des arguments décisionnels irréprochables.



"cça l'examen finale"








anaiis
عضو مشارك
عضو  مشارك

الجنس : انثى
عدد المساهمات : 24
الأختصاص : LDE
تاريخ التسجيل : 14/02/2011
الأقامة : djelfa

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

رد: bactiriologie

مُساهمة من طرف cbde في الأحد 1 مايو 2011 - 15:41


cbde
عضو دهبي
عضو دهبي

الجنس : ذكر
عدد المساهمات : 419
تاريخ الميلاد : 08/08/1988
الأختصاص : Laborantin
تاريخ التسجيل : 19/08/2010
الأقامة : Ghardaia
الأوسمة :

يسر ادارة منتديات "الشفاء" منحكم هذا الوسام تقديرا لجهودكم المبدولة لمساعدة الأخرين .

بارك الله فيكم


http://www.facebook.com/?ref=home#!/?ref=home

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

رد: bactiriologie

مُساهمة من طرف anaiis في الإثنين 2 مايو 2011 - 4:05

شكرا

anaiis
عضو مشارك
عضو  مشارك

الجنس : انثى
عدد المساهمات : 24
الأختصاص : LDE
تاريخ التسجيل : 14/02/2011
الأقامة : djelfa

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

رد: bactiriologie

مُساهمة من طرف أسماء علي في الثلاثاء 3 مايو 2011 - 15:38


أسماء علي
عضو مشارك
عضو  مشارك

الجنس : انثى
عدد المساهمات : 31
تاريخ الميلاد : 05/08/1989
الأختصاص : laborantine
تاريخ التسجيل : 26/02/2011
الأقامة : chlef

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

رد: bactiriologie

مُساهمة من طرف أسماء علي في الثلاثاء 3 مايو 2011 - 15:40


أسماء علي
عضو مشارك
عضو  مشارك

الجنس : انثى
عدد المساهمات : 31
تاريخ الميلاد : 05/08/1989
الأختصاص : laborantine
تاريخ التسجيل : 26/02/2011
الأقامة : chlef

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة


 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى